De côte à côte

Dorine aide les communautés haïtiennes des zones côtières à s’adapter aux effets du changement climatique.

Image for post
Image for post
Dorine JEAN-PAUL, coordinatrice nationale du Projet d’adaptation au changement climatique au PNUD en Haïti.

En une phrase, en quoi consiste votre travail au PNUD ?

Je coordonne un projet d’adaptation aux effets du changement climatique pour les communautés des zones côtières.

En quoi ce projet change-t-il la vie des habitants?

Image for post
Image for post
Une femme travaille dans une pépinière dans le cadre d’un projet de reforestation. Photo: PNUD en Haïti.

L’ouragan Matthew nous a montré une fois de plus combien nous sommes vulnérables — et comment une mauvaise planification peut aggraver la situation. Mon projet consiste à promouvoir de meilleures politiques de planification et d’investissement dans les zones côtières.

Nous travaillons sur des initiatives concrètes et durables comme l’amélioration de l’accès à long terme à une alimentation de qualité, à l’eau ; et sensibilisons les communautés au rôle important qu’elles jouent face au changement climatique. Cette démarche implique que les gens ne se contentent pas de tirer parti de notre travail, mais y participent véritablement et ont le sentiment d’être investis d’une responsabilité pour apporter un réel changement.

Image for post
Image for post
Les membres de la communauté sont sensibilisés sur la nécessité de la reforestation. Photo: PNUD en Haïti.

L’un des objectifs du projet était d’améliorer l’accès à une eau de boisson propre et saine dans les kiosques.

J’ai ainsi rencontré une mère de deux enfants qui m’a expliqué comment les heures passées à parcourir des distances à la recherche d’eau pour la cuisson des aliments, la boisson et les travaux ménagers étaient désormais consacrées à des activités plus productives. Ses enfants peuvent se rendre à l’école à temps et utilisent leurs après-midis pour apprendre leurs leçons et jouer avec leurs amis. Comme elle peut arroser son jardin plus régulièrement, elle y récolte maintenant des légumes pour sa famille. Des témoignages comme ceux-là sont une vraie source d’inspiration me donnent la force de continuer à faire mon travail.

Si vous étiez la présidente d’un pays exposé aux aléas climatiques dans votre région, quelle est la mesure que vous prendriez pour minimiser la menace?

Image for post
Image for post
Une femme participe à un projet de reforestation au sud d’Haïti. Photo: PNUD en Haïti.

Je commencerais par m’entretenir avec les acteurs de différents secteurs sur la façon dont nous pouvons unir nos compétences pour faire face au changement climatique. Je plaiderais aussi en faveur de l’augmentation des financements internationaux et nationaux à l’appui de projets qui permettent aux communautés vulnérables de s’adapter.

Quand vous étiez enfant, quel métier rêviez-vous d’exercer?

Je voulais devenir enseignante pour aider les enfants à apprendre et à découvrir de nouvelles choses. C’est ce que je fais maintenant d’une certaine façon en sensibilisant les communautés aux effets du changement climatique.

Image for post
Image for post
Des mangroves sont plantées sur le littoral. Photo: PNUD en Haïti.

Quel a été votre tout premier emploi ?

Supervision électrique dans une entreprise privée de télécommunications. J’ai réalisé une étude sur la mise en place d’une centrale hydroélectrique — et c’est à partir de là que j’ai commencé à penser écologie. J’ai ensuite obtenu une bourse d’études Fulbright et poursuivi mes études pour une maîtrise en changement climatique et études environnementales à l’Université George Washington.

À partir de ce moment-là, je savais que je voulais participer à des initiatives telles que l’utilisation des énergies renouvelables. Mes études terminées, j’ai commencé à travailler au bureau du changement climatique du ministère de l’Environnement de mon pays, Haïti, et réalisé l’écart entre ce que j’avais appris à l’école et la réalité du terrain. Très vite, je me suis de plus en plus intéressée à l’action communautaire et au changement réel, pour aider mon pays à emprunter une voie intelligente du point de vue climatique pour un avenir meilleur.

Quelle est l’une des mesures que les gens peuvent appliquer dans leur vie quotidienne pour réduire au minimum le risque lié au changement climatique ?

Image for post
Image for post
Plantation de boutures en Haïti. Photo: PNUD en Haïti.

Réduire la consommation d’eau dans les domiciles et dans les bureaux et encourager les autres à éviter de gaspiller cette ressource naturelle précieuse.

Complétez cette phrase : Mes collègues me décriraient comme …

… quelqu’un de passionné et travailleur ; toujours à la recherche de solutions.

Complétez cette phrase : D’ici 2030, je veux vivre dans un monde qui …

… Consomme plus produits agricoles « bio » et sains et applique des méthodes agricoles durables.

Written by

Compte Twitter officiel du Programme des Nations Unies pour le développement. Le PNUD œuvre pour les peuples et la planète depuis plus de 50 ans.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store