Il y a une application pour ça

Un nouveau moyen pour les Bosniens d’éviter les mines terrestres

Mišo Pamučina, le coordinateur du déminage pour l’institution publique Écologie et sécurité, à droite, utilise l’application.

L’insouciance n’est pas vraiment le mot que Dea associerait à son enfance, ni d’autres habitants du village de Ljubljenica, en Bosnie-Herzégovine. Certains ont fui la région après la guerre, qui a laissé le pays parsemé de mines, d’autres n’ont pas été en mesure d’utiliser leurs champs pour faire paître leur bétail ou de couper et ramasser du bois dans les forêts locales.

Aujourd’hui âgée de 20 ans, Dea est étudiante en informatique à Mostar. Chaque jour, sur le chemin de l’université, elle passe près de la zone où des opérations militaires ont eu lieu dans un passé encore récent.

Tous les habitants du pays ont des histoires similaires à celle de Dea. Pour le travail ou pour les loisirs, explorer la magnifique nature environnante est toujours une menace imminente, même 25 ans après la guerre. La première estimation du problème des mines dans le pays a fait état de 4 200 km² de terres contaminées, soit 8,2 % du territoire national. On estime que 32 000 foyers sont exposés à un risque direct.

Dea, 20 ans, est étudiante en informatique à Mostar. Chaque jour, sur le chemin de l’université, elle passe près de la zone où des opérations militaires ont eu lieu dans un passé récent.

Les opérations de déminage ont permis de réduire la zone dangereuse à 957 km², soit 1,96 % de la superficie totale du pays. Cela représente toujours une menace, non seulement pour la sécurité physique, mais aussi dans d’autres contextes. Chaque année, des zones considérables de trésors naturels sont perdues dans des incendies de forêt en raison des mines et des restes explosifs de guerre qui entravent l’accès des pompiers. Un problème pourtant résoluble devient une mission quasi impossible. Mišo Pamučina, coordinateur du déminage pour l’institution publique Écologie et sécurité, explique ce qu’un tel danger peut signifier. « Ici, dans le village de Slivnica, nous avons eu un gros problème de feux de forêt il y a deux ou trois ans. Nous sommes venus pour éteindre le feu, et alors que nous essayions de mettre en place une ligne de feu, les explosions ont commencé dans le champ de mines ». Identifier où se trouve le danger est la première étape. Grâce à une initiative de l’Union européenne, le Centre d’action contre les mines de Bosnie-Herzégovine, avec le soutien des forces armées du pays, de la Norwegian People’s Aid, du PNUD et de l’EUFOR, a réussi à définir 8 525 micro-sites suspects et 118 zones soupçonnées d’être minées ont été enregistrées sur les 145 municipalités du pays. Le centre d’action contre les mines a défini les zones de ces emplacements pour les futures opérations de remise à disposition des terres.

Les opérations de déminage ont permis de réduire la zone dangereuse à 957 km², soit 1,96 % de la superficie totale du pays. Cela représente toujours une menace, non seulement pour la sécurité physique, mais aussi dans d’autres contextes.

Connaître l’emplacement de ces mines peut sauver des vies. Une partie de l’initiative a consisté à créer une application mobile qui permet aux citoyens de connaître et d’éviter les emplacements des zones suspectes de mines dans tout le pays.

Arina Bešlagić, du département de la protection civile le jour, est bénévole au sein du service de sauvetage en montagne depuis trois ans. Lorsque des personnes sont perdues ou blessées dans des zones reculées, ou en cas d’avalanches ou de tremblements de terre, elle est mobilisée ou appelée à aider la police, la protection civile et d’autres institutions. Elle souligne que quatre-vingts pour cent des activités du service de sauvetage concernent la recherche de personnes perdues dans des terrains inaccessibles et des zones montagneuses.

« Notre plus gros problème, ce sont les champs de mines qui n’étaient auparavant pas marqués, et les cartes qui n’étaient pas mises à jour. L’application nous donne la possibilité de prendre des photos, d’enregistrer les coordonnées et d’appeler la police afin de signaler si nous remarquons un engin non explosé en-dehors des champ de mines lors de nos opérations de terrain, contribuant ainsi à la mise à jour de l’application elle-même », dit-elle.

Les volontaires du service de secours en montagneutilisent l’application BiH Mine Suspected Areas pour cartographier les mines suspectes.
« L’application nous donne la possibilité de prendre des photos, d’enregistrer les coordonnées et d’appeler la police afin de signaler si nous remarquons un engin non explosé en-dehors des champ de mines lors de nos opérations de terrain, contribuant ainsi à la mise à jour de l’application elle-même »
Arina Bešlagić, bénévole au sein du service de sauvetage en montagne depuis trois ans.
Les bénévoles cartographient le terrain miné.
Une mine non explosée.
Un bénévole photographie un site minier pour cartographier la zone.
Lorsque des personnes sont perdues ou blessées dans des zones reculées, ou en cas d’avalanches ou de tremblements de terre, le service de sauvetage est mobilisé ou appelé à aider la police, la protection civile et d’autres institutions. Quatre-vingt pour cent des activités des sauveteurs consistent en la recherche les personnes perdues dans des terrains inaccessibles et des zones montagneuses.

La Bosnie-Herzégovine est l’une des principales destinations régionales pour le tourisme de pleine nature, avec un nombre croissant de visiteurs venant de l’étranger.

L’alpiniste Thierry Joubert vit et travaille ici, et essaie de passer le plus de temps possible dans les montagnes. Il est spécialisé dans l’élaboration et l’organisation de randonnées pédestres et cyclistes éco-responsables le long de la Via Dinarica.

Aussi belles soient-elles, de nombreuses montagnes célèbres sont contaminées par des mines. Nombreuses aussi sont les histoires de randonneurs se retrouvant soudainement dans des champs de mines ou témoins de munitions non explosées. L’application est un complément très apprécié. « Je peux voir directement sur place si quelque chose est suspect ou non », dit-il. « Nous n’avions pas cela avant, il fallait porter une carte, se familiariser avec le terrain, disposer d’une connexion internet… Mais avec cette application, vous pouvez vous renseigner sur les mines au sol en un rien de temps ».

La Bosnie-Herzégovine est l’une des principales destinations régionales pour le tourisme de pleine nature, avec un nombre croissant de visiteurs venant de l’étranger.
L’alpiniste Thierry Joubert est spécialisé dans l’élaboration et l’organisation de randonnées pédestres et cyclistes éco-responsables le long de la Via Dinarica.
M. Joubert utilise l’application BiH Mine Suspected Areas pendant sa randonnée.

« Ne pas risquer sa vie et celle des autres » a été la mise en garde de nombreux citoyens en Bosnie-Herzégovine pendant des décennies. Ce message s’est transformé en « Soyez informé.e.s des zones dangereuses et soyez plus sûr.e.s, quoi que vous aimiez ou fassiez ». Espérons que les mines et les restes explosifs de guerre appartiendront au passé pour les générations futures.

« J’espère que mes enfants et ceux des autres auront une enfance heureuse et insouciante et qu’ils ne s’inquiéteront pas qu’il leur arrive quelque chose », déclare Dea. « J’espère que leur enfance sera l’inverse de la mienne, qu’ils pourront explorer et se réjouir autant qu’ils le souhaitent ».

« Je peux voir directement sur place si quelque chose est suspect ou non », dit-il. « Nous n’avions pas cela avant, il fallait porter une carte, se familiariser avec le terrain, disposer d’une connexion internet… Mais avec cette application, vous pouvez vous renseigner sur les mines au sol en un rien de temps ».

L’application « Bosnia and Herzegovina Mine Suspected Areas », propriété du Centre d’action contre les mines de Bosnie-Herzégovine, a été développée dans le cadre des projets « Country Assessment of Mine Suspected Areas » et « EU Support to the Creation of the Bosnia and Herzegovina Mine Action Centre’s (BHMAC) Information System Web Platform ». Elle est disponible sur Google App et Apple Store.

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.minesuspectedareas

https://apps.apple.com/ba/app/mine-suspected-areas/id1546066712

Photos : PNUD Bosnie-Herzégovine/Vedran Kurteš

Compte Twitter officiel du Programme des Nations Unies pour le développement. Le PNUD œuvre pour les peuples et la planète depuis plus de 50 ans.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store