Respecter les droits fonciers des peuples autochtones : une voie vers un avenir durable

Nemonte Nenquimo, militante autochtone et écologiste originaire de l’Amazonie équatorienne. Photo : Jeronimo Zuñiga

Cette année, l’une des voix les plus puissantes en matière de droits humains est celle de Nemonte Nenquimo, une militante autochtone et écologiste originaire de l’Amazonie équatorienne. En cette fin d’année, nous réfléchissons à l’importance du leadership de Nemonte et des peuples autochtones du monde entier pour l’avenir de la planète.

Préserver les forêts et le pétrole dans la terre.

Depuis des années, Nemonte se bat pour le droit des peuples autochtones à un environnement sain, exempt de toute exploration pétrolière. En tant que présidente du Conseil de coordination du peuple Waorani de la province de Pastaza, en Équateur, et co-fondatrice de l’ONG Alianza Ceibo, Nemonte a réussi à faire annuler une décision de justice dans son pays au début de cette année, empêchant le gouvernement de vendre à des compagnies pétrolières des terres situées dans une zone de forêt amazonienne du territoire Waorani. Pour le peuple Waorani, le droit à un environnement sain et la capacité à protéger ses forêts, ses traditions et ses territoires sont tributaires de droits fonciers sûrs et d’accords à long terme avec les entreprises et les gouvernements.

Nemonte a été distinguée par le magazine américain Time, par la BBC et par The New Yorker, parmi les personnalités les plus influentes du monde en 2020, et a reçu le prestigieux prix Goldman pour l’Environnement. Alianza Ceibo, une coalition de 70 communautés de l’Amazonie équatorienne, co-fondée par Nemonte, a récemment gagné le Prix Équateur 2020, une initiative dirigée par le PNUD, pour ses efforts visant à protéger 20 000 kilomètres carrés de forêt tropicale primaire. Au cours d’un entretien avec Nemonte à l’occasion du hub Nature for Life du PNUD, un événement parallèle au sommet des Nations unies sur la biodiversité tenu en septembre 2020, elle a évoqué les défis auxquels les peuples autochtones sont confrontés pour protéger leurs droits et a partagé sa vision d’un avenir durable.

Leçons des Waorani — défenseurs des droits humains et de l’environnement

Le peuple Waorani et d’autres nations autochtones de l’Équateur participent en tant que partenaires au projet « Territoires de vie », soutenu par le Programme de petites subventions du PNUD. Ce projet rassemble des peuples autochtones pour définir une vision collective de leur territoire. Le modèle et la structure de gouvernance du peuple Waorani reposent sur la prise de décision communautaire, l’égalité des sexes et le respect de la terre. Matilde Mordt, Représentante résidente du PNUD en Équateur, a indiqué lors de l’entretien avec Nemonte que « [c]e modèle communautaire est un appel à repenser nos modèles de développement et les changements nécessaires à la survie de la planète et des générations futures ». Il y a beaucoup à apprendre des modèles autochtones de gouvernance et de relation avec la nature.

L’avenir de notre planète est entre les mains des autochtones

Les terres autochtones sont importantes pour l’avenir de notre planète. Les forêts gérées par les peuples autochtones retiennent l’équivalent en carbone d’environ 33 fois les émissions mondiales annuelles et ont un taux de déforestation plus faible que celui de toutes les autres catégories de gestion des terres, y compris les aires protégées gérées par les gouvernements. Toutefois, les territoires, les cultures, la santé, les moyens de subsistance et même la vie des peuples autochtones sont menacés par l’exploitation forestière, la pollution et l’extraction pétrolière et minière. En moyenne, quatre défenseurs des terres et de l’environnement sont tués chaque semaine depuis décembre 2015. Les principaux facteurs alimentant ces conflits sont l’agriculture industrielle, le pétrole, le gaz et l’exploitation minière — les mêmes menaces qui pèsent sur le peuple Waorani.

Dans le monde occidental, [on estime que] dans la jungle, il y a des ressources, rien d’autre. Seulement du pétrole sous terre, de l’or, du bois à couper, un territoire pour le bétail. En revanche, pour nous, les peuples autochtones, elle est vivante et pleine de ressources qui assurent notre survie depuis des milliers d’années. — Nemonte Nenquimo

Soutien, volonté politique et droits fonciers pour les peuples indigènes

Plus de 80 % des États reconnaissent le droit à un environnement sain, mais ces engagements doivent s’accompagner de solides systèmes de gouvernance, de transparence et de responsabilité. Comme l’a indiqué Michele Bachelet Jeri, Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, lors du hub Nature for Life, « En vertu du droit des droits de l’homme, nous devons protéger les droits de ceux qui protègent notre planète. Nous devons respecter les connaissances des femmes et des filles, ainsi que des peuples autochtones sur les systèmes écologiques ».

Nous exigeons le respect de notre droit à la vie et des droits de la nature. En tant que peuples autochtones, nous savons comment respecter la forêt, et nous vivons avec elle depuis des centaines, voire des milliers d’années. Les [peuples autochtones] sont en première ligne, mais nous voulons que les membres des [autres] sociétés… respectent et mènent également ce combat. Si nous ne respectons pas cette terre, nous ne laisserons rien aux générations futures. — Nemonte Nenquimo

Le peuple Waorani protestent pour le droit à un environnement sain et la capacité à protéger leurs forêts, leurs traditions et leurs territoires, qui dépendent de droits fonciers sûrs et d’accords à long terme avec les entreprises et les gouvernements. Photo : PNUD/Initiative Équateur

Les peuples autochtones qui protègent leurs territoires et leurs forêts garantissent l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons et l’avenir de notre planète. Mais, nous devons tenir compte des leçons que nous enseignent Nemonte, et les autres peuples autochtones, en soutenant leur droit à un environnement sain.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store