Prince Oppong (à droite) et son équipe démarrent la production d’un lot de la boissons. Photo : PNUD Ghana/Priscilla Mawuena Adjeidu

Prince Oppong étudiait les sciences à l’université de Cape Coast lorsque l’idée lui est venue.

« Un jour, après les cours, j’ai vu une femme qui vendait des noix tigrées et je me suis alors demandé pourquoi seulement vendre les noix brutes et ne pas les transformer en lait ? »

Malgré leur nom, les noix tigrées ne sont pas des noix, mais des rhizomes tubéreux de laîche (cyperus esculentus lativum). Elles sont cultivées dans le monde entier et sont extrêmement riches en fibres, acides gras, vitamines et minéraux.

En Occident, elles sont de plus en plus reconnues comme un…


Les groupes autochtones reconnus au Suriname, dont l’ethnie des Lokono, ne représentent que 4 % de la population du pays, qui compte 586 000 habitants.

Le capitaine Theodorus Jubitana est né le 10 avril 1965 dans le petit village de Tapoeripa dans le district de Nickerie au Suriname. Neuvième d’une fratrie de 11 enfants d’une famille Lokono, il a grandi dans un foyer modeste. Il s’est engagé dans la politique locale, a été un militant infatigable des populations autochtones du Suriname et est finalement devenu président de l’association des chefs de villages autochtones et chef de l’Amazon Party Suriname. Il était marié et père de six enfants, et un pilier très apprécié de sa communauté.

En juillet, le capitaine Theo est décédé de COVID-19, devenant…


par Jamil Akhtar

Masooma est un mobilisateur communautaire chez Dareecha, une organisation qui travaille à la sensibilisation et à la prévention du VIH/sida. Photo : PNUD/Jamil Akhtar

Quel est le plus tragique : ne jamais trouver sa véritable identité ou ne pas être autorisé.e à l’affirmer ?

Quel est le pire : ne pas être reconnu.e du tout ou se voir tourné.e en dérision toute sa vie ?

Quel est le mieux : trouver la sécurité dans le silence et l’invisibilité ou faire face à la violence pour avoir revendiqué sa place dans le monde ?

N’importe quelle personne transgenre au Pakistan pourra vous raconter d’innombrables histoires déchirantes de cruauté, d’oppression, d’exploitation, d’apathie et de privation de droits qu’elle aura dû subir tout au…


L’Administrateur du PNUD, Achim Steiner, et la Vice-Secrétaire générale des Nations unies, Amina Mohammed, arrivent en Haïti après le séisme de magnitude 7,2 qui a frappé le pays, le 21 août 2021. Photo : OCHA / Matteo Minasi

Haïti a besoin de « soutien urgent » de la part de la communauté internationale, a déclaré Achim Steiner, Administrateur du PNUD, pour se remettre après deux catastrophes naturelles — un séisme meurtrier et une tempête tropicale dévastatrice — subies coup sur coup ce mois d’août.

M. Steiner et la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, ont effectué une visite de deux jours en Haïti pour témoigner du soutien de l’ONU aux dirigeants du pays et au peuple haïtien.

« Je suis bouleversé par ce que j’ai vu aujourd’hui en Haïti. Tant de destructions et de souffrances, mais aussi…


« J’avais besoin d’y aller. L’attraction de l’Everest dépassait pour moi toute autre force sur terre. » — Tensing Norgay Sherpa, alpiniste

Un guide de montagne transporte des provisions sur le versant sud du trek vers le camp de base de l’Everest, à une altitude de 17 900 pieds (5 500 m). Photo : Shutterstock

1. Les montagnes d’Asie, dont l’Himalaya et l’Hindu Kush, contiennent toutes les montagnes du monde dont certains sommets dépassent 7 000 mètres d’altitude.

Elles ont commencé à se former il y a 50 millions d’années lorsque le sous-continent indien est entré en collision avec la plaque eurasienne, un glissement qui se poursuit encore aujourd’hui. Le mont Everest, qui culmine à 8 849 mètres, est à cheval sur la Chine et le Népal. …


Sur la côte de Punta del Diablo, on plante un Chal-chal (Allophylus edulis) pour contribuer à la restauration de la forêt indigène

Les premiers oiseaux se réveillent et le brouillard se dissipe lentement sur la côte de Punta del Diablo, une petite ville côtière de l’est de l’Uruguay, un matin d’hiver.

La ville se situe entre l’océan Atlantique et la Laguna Negra (lagune noire) couvrant 17 500 hectares, et la brise marine façonne les dunes qui abritent une végétation psammophile, des espèces de plantes de milieux sableux, soit des arbres, des arbustes et des herbes particulièrement adaptés à cet environnement.

Les arbres indigènes tels que le Myrte luma (Arrayàn), le genre Allophylus (Chal Chal) et le Curupì, sont de plus en plus…


Un agent de santé prépare une dose de vaccin contre la COVID-19 dans un centre de vaccination de Refinery Community Hall à Guwahati, Assam, Inde, mai 2021. Photo : PNUD Inde/Biju Boro

À l’issue de sa journée de travail, Amrit Kaur, professionnelle de santé, enregistre les doses de vaccins utilisées au cours de la journée et celles encore disponibles sur une application de son smartphone. Cela lui permet de gérer les stocks de vaccins au Female District Hospital, situé dans le district de Haridwar, dans l’État montagneux de l’Uttarakhand en Inde. …


Une distribution de nourriture dans le cadre de l’intervention d’urgence COVID-19. Le PNUD travaille avec ses partenaires au Bangladesh, au Pakistan, en Inde, au Népal, au Bhoutan et au Sri Lanka afin de rassembler les ressources nécessaires pour éviter davantage de morts et de souffrances inutiles. Photo : PNUD Bangladesh/Fahad Kaizer

Les inégalités sanitaires et socio-économiques inhérentes à la pandémie de COVID-19 creusent un fossé encore plus profond entre les nantis et les laissés-pour-compte.

Alors que les pays riches intensifient leurs programmes de vaccination et commencent à sortir de leur confinement, une seconde vague meurtrière de COVID-19, accompagnée de variants plus contagieux et plus dangereux, frappe l’Asie du Sud et, dans de nombreux cas, submerge les efforts déployés pour la contenir et l’empêcher.

Le PNUD travaille avec ses partenaires au Bangladesh, au Bhoutan, en Inde, au Népal, au Pakistan et au Sri Lanka afin de réunir les ressources nécessaires pour éviter…


Deng Gore Makuei, un bénévole du projet, fait des tournées dans le centre de Juba sur sa bicyclette bleue, février 2021.

En 2020, le Soudan du Sud a dû faire face à des inondations historiques, à la pandémie de COVID-19 et aux confinements qu’elle a suscités, à des fluctuations économiques et à des conflits locaux récurrents. Ces multiples défis ont affecté de nombreuses familles, les forçant souvent au déracinement.

Alors qu’elles doivent faire face à des événements et des déplacements imprévisibles, les personnes les plus vulnérables du Soudan du Sud ont un accès limité à des informations vitales. …


Cecília et cinq de ses sept enfants, devant la nouvelle maison en construction.

Avant que le cyclone Idai ne balaie le Mozambique en mars 2019, Cecília vivait dans une maison en terre dans une zone inondable avec ses quatre enfants et trois de ses neveux. Elle travaillait dans l’agriculture et gagnait sa vie de la vente de ses produits. Mais après l’une des pires catastrophes naturelles jamais survenues dans l’hémisphère sud, qui a touché 1,8 million de personnes et fait des centaines de morts, elle a dû repartir de zéro.

« J’ai perdu ma maison et mes documents à cause du cyclone. Je n’avais pas d’argent et nulle part où vivre. …

ONU Développement

Compte Twitter officiel du Programme des Nations Unies pour le développement. Le PNUD œuvre pour les peuples et la planète depuis plus de 50 ans.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store